Belle journée nécessaire

17 juillet 2017, la journée nécessaire au théâtre des Carmes.
Christian Bourgeois a installé la sérigraphie en « live » et avec l’aide d’Emeline, ils ont accroché des sacs partout avec des pinces à linge, c’était un remplissage de l’espace dans la logique du séchage, beau parce que fonctionnel. Sébastien nous a accueillis avec sa gentillesse habituelle. On a installé l’écran que j’avais fabriqué à l’époque de mes installations baroques au théâtre des Carmes et qui a été cousu de fil blanc par Dominique. Pascale a construit le débat de main de maîtresse, débouché une excellente bouteille de Gigondas à midi, très appréciée par René et moi-même. Frances a accueilli les spectateurs et tenu la boutique, parce-que, malgré les apparences, nous n’étions pas nombreux en cuisine. J’ai repassé le film Textures à sa demande, un peu à reculons, et finalement c’était pas si mal. Charles Silvestre a animé le débat, parlé des Oeuvriers qu’ils ont co-écrit avec Roland Gori et Bernard Lubat, Ernest Pignon Ernest est venu raconter comment il avait vécu l’entreprise Emballage, ce qui restera une tentative rare de mise en images du Capital de K.Marx. De tête, il en a dit les premières pages, trop fort… et Ernest qui a une excellente mémoire nous a aussi narré les matinées studieuses de la préparation avec André.
Nelly Pulicani a joué une nouvelle version du Mémento Occitan, moins habitée que la première. Mathias Timsit a conclu la journée.
On a revu des amis, connu de nouveaux. C’était une excellente cuvée.

 

ici, quelques images de la journée