14 juillet 2014 au Théâtre des Carmes, Serge Pey & Chiara Mulas

pey_chiara_bb

 

 » oun t’es passa «  , il a d’abord engueulé le mur à la manière d’André invoquant son frère Georges dans la garrigue, « oun te sies… », puis on a retrouvé le souffle qui traverse ce lieu. Pey est du bois dont on fait les tonneaux de grand vin. Il est rare, précis, joueur.Il joue avec l’intelligence de son texte comme un enfant aux osselets. Il profère des choses définitives et se ravise aussitôt comme un dialectitien  skiant dans la poudreuse. Il finit en langue des signes indiens dans la fenêtre d’une prison en Pensylvanie.  Sa compagne est là yeux mi-clos grands ouverts bouche cousue par la cicatrice du cri. A un moment donné le public est enseveli dans le linceul du rouge!!. Il essore encore deux éponges pour les vider de toute polysémie possible, épuiser les sens. Les bassines sont également rouge, c’est le zen dans le tir à l’archétype du rouge.

Merci pour cette flêche exacte superbe tirée en part des anges.

jmp/07/2014

_DSC8621doob copy